Procès 100 jours: combatif, Samih Jammal clame son ‘’innocence’’ et dénonce la ‘’jalousie’’

By
ads


Par CAS-INFO

Le procès sur le scandale de 100 jours a repris lundi au Tribunal de grande instance de Kinshasa Gombe délocalisé à la prison de Makala. C’est l’entrepreneur libanais Samih Jammal qui s’explique le premier à la barre.

Le responsable de la société Samibo a admis avoir perçu 57 millions USD versés par le gouvernement entre mars et mai 2019 provoquant une valse de questions du ministère public.

Combien coûte une maison préfabriquée, à qui les fonds étaient-ils transférés, que ce soit à Istambul ou à Beyrouth ou encore le lien entre Samih Jammal et une serie de personnes auxquelles ce dernier aurait transféré de l’argent ?

En guise de réponse à tous les assauts du procureur, l’homme d’affaires libanais s’est montré combatif, contournant tantôt les question, jouant tantôt la carte de la victimisation.

«Je suis innocent devant tout le monde», a-t-il clamé en accusant ses interrogateurs de «jalousie . Et de poursuivre, « je suis un grand entrepreneur, j’ai des entreprises partout et des comptables », a-t-il lancé au moment d’expliquer les différentes transactions jugées suspectes entre lui et d’autres acteurs à Istambul.

Tout comme le ministère public, l’État congolais, constitué partie civile, s’est inquiété de la différence de date entre la signature de l’avenant entre les deux parties et le versement de l’argent. Mais comme à chaque fois c’est par une question que le prévenu répond.

Comme lorsqu’il est interpellé sur l’existence sur les documents de la signature d’une associée dont l’identité est douteuse, une nommée Foyo Munongo Jossie. «c’est la première fois que j’entends cette chose», soupire-t-il avant d’ajouter : «Si je vous dis que monsieur Mobutu est à l’aéroport, allez-vous me faire confiance?».



Source link

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may also like

Hot News