Nord-Kivu : le CICR a apporté des vivres aux retournés de Rugari

By
ads


Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a procédé, du mardi 15 au vendredi 25 octobre 2019, à la distribution des vivres à 5 383 ménages des retournés du groupement Rugari de la chefferie de Bwisha, en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Ces retournés avaient fui les affrontements du 1er mai et du 22 juillet de cette année entre les forces négatives et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

La région de Rugari est en proie à l’insécurité orchestrée notamment par les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et les miliciens locaux Nyantura. Lors des affrontements, les populations se sont déplacées, les unes vers Kibumba (au sud), les autres vers Rumangabo (au nord).

« Cette action s’inscrit dans le cadre de la protection des victimes des conflits. Quand il y a des victimes à la suite des conflits armés, le CICR se présente comme l’une des rares organisations qui répondent aux besoins de ces personnes-là. À la suite des affrontements durant les mois de mai et juillet entre les forces négatives et les forces gouvernementales, il y a eu un grand nombre de la population qui s’était déplacé. C’est pour cela que le CICR à partir du mois de mai a fait une évaluation de la situation dans la zone et on a vu qu’il y a des grands besoins en alimentation pour les ménages ici, à Rugari, qui ont perdu une partie de leurs biens suite aux affrontements », a dit Marc El Haj, délégué responsable du CICR dans la zone de Rutshuru. 

C’est depuis le 1er août que la grande partie de la population ayant fui la guerre a commencé à retourner. Ce, grâce à la prise de conscience des autorités en renforçant les effectifs militaires sur place à Rugari.

« Nous avons fui la guerre au mois de juillet 2019. Nous sommes revenus de Rumangabo. Nous estimons que cette assistance va tant soit peu mettre fin à la famine. Nous disons merci au CICR », se réjouit Mapendo Muhawe, habitante de la localité de Nyamagana.

La ration alimentaire donnée à chaque ménage est constituée notamment de 2 sacs de farine de maïs 25 kg chacun, 1 sac de 25 kg de haricot, 10 litres d’huile et 2 sacs de sel. Selon Marc El Haj, cette ration va couvrir les besoins en alimentation pendant au moins un mois.

« Je remercie le CICR pour cette assistance parce que nous avons été contraints de fuir notre entité à cause des coups des balles. Lors de la guerre, j’ai fui vers Kibumba. Mais depuis que le groupement est stable, je suis revenu pour poursuivre mes travaux champêtres et l’élevage. Cette ration va couvrir mes besoins alimentaires en attendant les phases de récolte d’ici 1 mois », indique pour sa part Mukeshimana Léonard, père de 5 enfants, habitant dans la localité de Mugwata.

Le chef du groupement Rugari, Eric Mashagiro a, pour sa part, témoigné de l’accalmie qui s’observe ces derniers temps dans son entité.

« Depuis 1994, le groupement de Rugari a des sérieux problèmes d’insécurité. Mais, il y a moyen de se dire aujourd’hui que la paix commence à revenir petit à petit avec les efforts de tout le monde. Nous avons étudié pourquoi ce problème de chaque jour. Nous avons trouvé qu’il fallait faire un mariage entre le comité local de sécurité et la population parce que c’est la population qui doit nous donner tout ce qui est information tendant à ramener la paix dans notre entité », a-t-il précisé.

Le groupement de Rugari compte cinq localités dont Kigarama, Nyamagana, Mugwata, Bisoko et Mugora.

Jonathan Kombi

 



Source link

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may also like

Hot News