L’Après Covid-19 : quel avenir pour les bars et discothèques à Kinshasa ?

By
ads


This post has already been read 13 times!

Fermés depuis plus de deux mois, les bars, terrasses, discothèques  et boites de nuit subissent les effets néfastes de la pandémie de covid-19 en République démocratique du Congo. Une situation au désavantage des tenanciers de ces commerces et leurs clients, mais qui réjouit cependant une partie de la population qui, comme jamais auparavant, savoure des instants de tranquillité, loin des vacarmes quotidiens.

Pour le responsable d’un bar à Kinshasa, bien que l’urgence s’impose, cette situation reste une catastrophe pour son activité. ‘’Nous ne vivons que de ça, j’ai 8 employés et une famille à nourrir, j’ai déjà épuisé toutes mes ressources… je ne sais comment je vais survivre jusqu’à la fin de ce confinement‘’, s’alarme-t-il.

Si cela est un fléau pour certains, pour d’autres la fermeture des bars et des boites de nuit est un ouf de soulagement. ‘’Nous dormons calmement, les enfants arrivent à réviser tranquillement sans être déranger par tous ces tapages nocturne que les bars nous infligeaient‘’, déclare un père de famille.

La prolifération des bars avec leurs musiques distillés à longueur des journées trouble, en effet, la quiétude de la population et surtout des enfants appelés à plus de concentration dans leurs études.

Par ailleurs, les bars situés aux environs des Centres hospitaliers ne permettent pas aux malades de prendre convenablement du repos.

‘’Maintenant, on a l’impression de voir la ville de Kinshasa se reposer et ses rues trouver la quiétude qu’elles ont longtemps perdue‘’, lance un pharmacien, dans la commune de Lingwala, à Kinshasa.

La pollution sonore est actuellement un problème de santé publique à Kinshasa et dans les autres grandes villes de la RDC. Des bars jouent la musique à fond la caisse, des jours comme des nuits. Cela n’est pas sans conséquence sur la santé de la population. Le stress, la fatigue, l’irritabilité, l’état dépressif sont les quelques troubles causés par ces vacarmes.

Les autorités provinciales de la capitale disent réfléchir sur comment maintenir ou recadrer certaines mesures issues de la situation actuelle au bénéfice du plus grand nombre.

Outre cette mesure, le Chef de l’Etat avait également tablé sur l’accès au territoire national et les rassemblements dans le pays. Il s’agit de la suspension des vols en provenance des pays à risque et des pays de transit, d’imposition d’une mise en quarantaine de 14 jours maximum à toute personne suspecte à l’issue d’un test de température ainsi que l’interdiction des rassemblements de plus de 20 personnes sur les lieux publics en dehors du domicile familial et de la suspension des activités sportives dans les stades et autres lieux de regroupement sportif jusqu’à nouvel ordre.

Christian-Emmanuel Elumba



Source link

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may also like

Hot News