Après la victoire de l’Algérie à la CAN, l’espoir d’un «nouveau souffle»

By
ads



20 heures, le pays retient son souffle. L’Algérie est en finale de la coupe d’Afrique des Nations face au Sénégal. Une première depuis vingt-neuf ans. La veille déjà, les concerts de klaxons inondaient les rues d’Alger jusqu’au petit matin. Coïncidant avec un vendredi de manifestation nationale pour un changement politique, la journée débute au son des hélicoptères de police dans le ciel.

Le soleil mordant n’a pas découragé les protestataires venus en nombre plus tôt dans l’après-midi marcher pour ce vingt-deuxième vendredi de mobilisation. Les tee-shirts aux slogans politiques se confondent avec les maillots de l’équipe de foot d’Algérie. 

«C’est une victoire qui va profiter au Hirak [mouvement populaire] et lui donner un nouveau souffle», s’exclame Hamza, jeune supporteur qui pronostique déjà la victoire de son équipe favorite.

A lire aussi L’équipe d’Algérie, un espoir politique et social

Le match débute sur les chapeaux de roues. Dès la troisième minute de jeu, les Fennecs ouvrent le score avec un lob de Baghdad Bounedjah, qui surprend la défense des Lions de la Teranga. C’est l’explosion de joie parmi les supporteurs des Verts, qui attendent le titre depuis longtemps.

«Ça fout le stress»

Dans un bar de la banlieue est d’Alger, la salle est comble. Plusieurs écrans géants ont été spécialement installés pour permettre de suivre les matchs. La pression augmente à mesure que le chronomètre avance. «C’est très stressant même si on est confiant. Nous avons une bonne équipe», lance Nawel, venue avec ses amies pour suivre la finale.

A la mi-temps, des paris autour du résultat se concluent près du comptoir : «On fait des pronostics entre amis. J’ai parié 1-0 pour l’Algérie. Et lui 2-0», raconte Lotfi, musicien dans un groupe.

Durant la seconde période de jeu, l’ambiance devient tendue. A chaque passe décisive, à chaque tentative de l’adversaire de marquer un but, le public retient sa respiration : «L’Algérie est dominée, ça fout le stress», s’exclame Tarik, qui se tient debout, une bière à la main et les yeux rivés sur l’écran géant.

Salima quant à elle, est venue spécialement de Paris pour voir le match, sur un coup de tête : «Je me suis dit pourquoi ne pas venir regarder la finale à Alger. L’ambiance est très vivante ici !»

A lire aussi CAN : à Paris, des supporteurs algériens «dans la cinquième dimension»

En effet, depuis quelques jours, les espaces publics se sont en quelque sorte transformés en fan zones, dans lesquels les afficionados du ballon rond exultent. Encore quelques minutes avant le coup de sifflet final.

Le match se poursuit. Invité à la tribune d’honneur du Cairo Stadium, Abdelkader Bensalah, président algérien par intérim, dont le mandat a expiré le 9 juillet, est hué à chaque apparition. «Il n’a pas à être là-bas. Il ne nous représente pas. Personne ne l’a élu. Qu’il reste en Egypte», lance Amel, légèrement remontée. Depuis le début de son investiture, ayant pour but d’établir de nouvelles élections présidentielles, Abdelkader Bensalah peine à trouver une légitimité auprès des Algériens, qui exigent sa démission.

Feux d’artifice et embouteillages

Après quatre-vingt-dix minutes de temps réglementaire, l’euphorie s’empare de l’assemblée. L’Algérie est championne d’Afrique pour la seconde fois. L’heure est désormais à la fête. Feux d’artifice, fumigènes, tambours et hymnes des supporteurs entonnés en chœur.

«Cette victoire, c’est important pour l’Algérie. Ça nous rebooste pour avancer, ça va redynamiser le Hirak même si nous sommes déjà très mobilisés», raconte Amir Slimani, chirurgien-dentiste. Le trentenaire est venu avec son frère et une amie, visiblement tous ravis d’avoir fait le déplacement pour voir le match. Plus difficile en revanche de rejoindre le centre-ville, cœur des réjouissances : «On ne peut pas aller dans le centre, tout est bouché. Il faut attendre quelques heures que ça se calme», recommande une jeune femme, accompagnée de sa mère.

En effet, plusieurs kilomètres de bouchons s’étendent depuis la périphérie. Pour beaucoup, inutile d’aller à la Grande Poste, haut lieu des rassemblements à Alger. La fête s’improvise à même la chaussée, en pleine circulation bloquée.

Dans les grands boulevards périphériques de la capitale, les files de voitures sont interminables. Des jeunes, en nombre, sont assis sur les portières de voiture, le capot ou encore même dans le coffre resté ouvert. Musique algérienne à fond dans l’autoradio, on vient entre amis ou en famille pour commémorer la victoire. Partout la foule s’invite.

«Exutoire»

Les plus téméraires, des groupes d’ados le plus souvent, n’hésitent pas à parcourir plusieurs kilomètres à pied pour rejoindre le centre. «Tu sais, ils n’ont pas beaucoup de loisirs. En dehors du foot, il n’y a rien pour distraire les jeunes. Ils n’ont que ce sport pour se défouler. C’est pour ça que quand ils font la fête, ils se lâchent à fond. C’est leur exutoire», relate Samir, architecte à Alger.

Aux racines de la contestation contre le régime, démarrée le 22 février, on trouve les clubs de supporteurs de football d’Alger. Ils catalysent depuis des années la colère d’une jeunesse frustrée par un système, celui de Bouteflika, qu’ils qualifient de mafia dans leurs chansons.

«Il existe ici la même ferveur pour le Hirak que pour le foot. L’un s’est nourri de l’autre. Et la victoire va certainement permettre de poursuivre le mouvement. Nous ne permettrons pas la récupération. Ni de la victoire des Verts, ni du mouvement populaire», ajoute Samir. Il se dit confiant sur l’avenir de la contestation. 

Néanmoins, l’heure est au divertissement, et ce jusqu’aux premières lueurs du jour. Après une nuit de fête, la ville retrouve progressivement son calme. On entend encore ici et là quelques coups de klaxon et des sonorités de musique raï s’échapper d’une voiture filant à toute allure. Les derniers fêtards sont sur le départ. Un nouveau jour se dessine dans le ciel d’Alger, ainsi qu’une seconde étoile sur le maillot des Verts.


Amaria Benamara correspondance à Alger





Source link

ads

Leave a Comment

Your email address will not be published.

ads

You may also like

Hot News